mercredi 17 novembre 2021

28. L'extension hauturière

Bon, là ça devient sérieux, les Jeunes...

L'examen

Ressources nécessaires :

  • pièce d'identité
  • permis côtier
  • crayon à papier
  • gomme blanche
  • loupe
  • calculette pas chère (smartphone et tablette interdits)
  • rapporteur Le Breton Vagnon (préférable à la règle Cras)
  • compas à pointe sèche
  • carte SHOM d'exercice 9999
  • lunettes de vue de près pour les myopes
Consignes :
  • tout écrire sur les feuilles d'interrogation au stylo à bille, et au crayon sur la carte
  • bien lire et relire les questions (une tourelle n'est pas un phare et n'est pas non plus une bouée)
  • faire des tracés d'un seul trait, pas d'aller-retour (pour alléger le résultat)
Détails sur l'examen
3 parties, notées sur 20 :
  • 1 QCM Aide électronique à la navigation (1 point)
  • 1 QCM Règlementation (1 point)
  • 1 QCM Météo  (3 points)
  • 1 pb de marées (4 points)
  • 2 pb de cartes, un diurne et un nocturne (12 points)
Il faut avoir au moins 10/20 pour obtenir le permis. Durée : 1h30.

Ressources pour l'apprentissage

Il existe deux fournisseurs de cartes marines : la société Imray et le SHOM.
Les cartes du SHOM sont la référence en France mais elles sont en papier.
Les cartes de Imray sont en anglais et légèrement plastifiées dont à l'abri de l'eau.

Il existe trois échelles de cartes marines :
  • la carte "routière" au 500 000e
  • la carte de cabotage au 50 000e
  • la carte d'aterrissage au 15 000e
Avant de partir naviguer, vérifier que l'on a les dernières mises à jour, que ce soit en cartes papier ou pour les équipements électroniques de navigation (à acheter avec les mises à jour gratuites...).

Il y a trois zones sur une carte marine :
  • terre
  • estran (zone couverte/découverte selon la marée)
  • mer
On doit avoir à bord deux documents obligatoires pour la navigation (en plus du permis et de la licence CRR si on a une radio) : le "1D" du SHOM (symboles, abréviations et termes utilisés sur les cartes marines) et le RIPAM (règlement international pour prévenir les abordages en mer).

Autre document utile mais non obligatoire, le Bloc Marine (Méditerranée et Atlantique), édité par Le FIGARO Nautisme, apporte des informations précises mises à jour chaque année sur les zones portuaires, la sécurité en mer et la règlementation. Y sont également inclus un journal de bord, les plans des ports en WGS84, le journal des feux, les marées ainsi qu'un atlas complet.



Les symboles








La dérive d'une route peut être causée par quatre facteurs :
  • perturbation magnétique des compas de route et de relèvement appelée Déclinaison (D), c'est l'angle d'écart entre le nord magnétique et le nord vrai (géographique, celui des cartes). Elle change tous les ans parce que le nord magnétique se déplace chaque année.
  • perturbation magnétique du compas de route appelée Déviation (d), c'est l'angle d'écart entre le nord magnétique et le nord compas. Elle varie selon le cap suivi par le navire à cause des masses métalliques et des équipements électroniques de bord situés à ses côtés.
  • dérive due à un vent latéral
  • dérive due à un courant latéral

Les marées
  • Jusant :  période pendant laquelle la marée est descendante
  • Flot :  période pendant laquelle la marée est montante
Les relèvements
  • Relèvement compas (Zc) : angle entre le nord compas et un amer en visuel
  • Relèvement vrai (Zv) : angle entre le nord vrai et un amer de la carte
Zv = Zc + W



samedi 30 octobre 2021

27. Le Certificat Restreint de Radiotéléphoniste (CRR)

Introduction

" Les plaisanciers naviguant à l'étranger et utilisant un équipement radio maritime fixe ou portable de type VHF (Very High Frequency) doivent posséder un certificat d'opérateur radio au moins équivalent au CRR (Certificat Restreint de Radiotéléphoniste).

Depuis 2011, le CRR n'est plus obligatoire dans les eaux territoriales françaises pour les plaisanciers utilisant une VHF portative sans la fonction ASN (Appel Sélectif Numérique).

Dans les eaux françaises, avec une VHF fixe ou portative ASN, il faut posséder à minima le permis de conduire des bateaux de plaisance ou le CRR."

source : https://www.anfr.fr/licences-et-autorisations/radiomaritime/le-crr/

Noter que le CRR est la version "restreinte" du CGO. Le Certificat Général d'Opérateur permet à son titulaire d’utiliser n'importe quel équipement de stations radioélectriques dans le cadre du SMDSM et est valable dans toutes les zones océaniques et sur tous types de navires, y compris les embarcations de sauvetage. Il est nécessaire pour utiliser un équipement fonctionnant en BLU ASN.


Le SMDSM (Système mondial de détresse et de sécurité en mer)

https://diffusion.shom.fr/pro/downloadable/download/sample/sample_id/93/


Le MMSI (Maritime Mobile Service Identity)

https://www.anfr.fr/fileadmin/mediatheque/documents/radiomaritime/FICHE_codageASN.pdf


La VHF



INMARSAT (INternational MARitime SATellite organisation)

https://www.techno-science.net/definition/5815.html

A : Premier système (n'existe plus depuis 2007)

B : Il supporte voix, telex, fax et données à des vitesses allant de 9.6kbps à 64kbps, il est compatible SMDSM.

C : Petit, beaucoup moins cher, mais ne possède pas de possibilité de téléphonie. Vitesse limitée à 600 bits/s, son antenne est omnidirectionnelle et de petite taille. Il inclue une carte de positionnement par satellite. Inmarsat C est le plus petit système qui se conforme au SMDSM.

D+ :  Mini système. Il inclue un système de positionnement par satellite et est étudié principalement pour le SSAS.

M : Fournit la voix et une vitesse de 2.4kbps. Non conforme SMDSM.

F77 : Fournit 4 niveaux de priorité d'appels : Détresse (P3) – Urgence (P2) – Sécurité (P1) – Routine (P0). Les autorités SAR peuvent à travers ce système joindre une station mobile même si cette dernière est déjà en communication niveau routine. Sa vitesse de transfert est de 128 Kbps. Conforme SMDSM.

F55 et F33 : Mini F77, non conformes SMDSM.

Bgan : Réservé aux communications non maritimes.


Lexique


Manuel de préparation à l'examen du CRR fluvial :

https://www.anfr.fr/fileadmin/mediatheque/documents/radiomaritime/Manfluvial_CRR_Mars_15.pdf

Manuel de préparation à l'examen du CRR maritime :

https://www.anfr.fr/fileadmin/mediatheque/documents/radiomaritime/Manuel-CRR-ANFR-v13.PDF

Correspondance français - anglais des messages de détresse


Zones de couverture du SMDSM


Les CROSS et les centres de secours des DOM-TOM

5 CROSS en France métropolitaine
  • Gris-Nez (Manche Est – Pas-de-Calais)
  • Jobourg (Manche centrale)
  • Corsen (Manche Ouest – mer d'Iroise)
  • Etel (Golfe de Gascogne)
  • La Garde (Méditerranée Nord Ouest) + Corse  (Méditerranée Nord Ouest, de jour seulement)

2 CROSS dans les DOM
  • Antilles-Guyane (Atlantique tropical)
  • Réunion (Sud Océan Indien)

2 centres de secours dans les COM (collectivités)
  • Nouméa (Nouvelle-Calédonie et Vanuatu)
  • Tahiti (Polynésie Française)

Licence de station de navire

Pour utiliser une radio VHF fixe ou portative avec ou sans ASN, une balise de détresse Cospas-Sarsat ou tout autre équipement radioélectrique à bord d’un navire ou d’un bateau fluvial, une autorisation administrative est exigée, celle-ci est appelée « licence » (manuel ANFR v19 p. 7)


9 fonctions essentielles du SMDSM

• Émettre des alertes de détresse navire–terre par au moins 2 moyens distincts et indépendants, utilisant chacun un service de radiocommunication différent.
• Recevoir des alertes de détresse terre–navire.
• Émettre et recevoir des alertes de détresse navire–navire.
• Émettre et recevoir des communications sur la coordination des opérations de recherche et sauvetage.
• Émettre et recevoir des communications sur site.
• Émettre et recevoir des signaux pour le repérage.
• Émettre et recevoir des renseignements sur la sécurité maritime (RSM).
• Émettre et recevoir des communications d'ordre général.
• Émettre et recevoir des communications de passerelle à passerelle.


Tout sur le Centre de contrôle COSPAS-SARSAT du CNES :
https://cospas-sarsat.cnes.fr/fr

Tout sur le Centre de consultation médicale maritime (CCMM) de Toulouse :

Les catégories de MMSI